NEWS

ICI EN EXCÈS SUR TOUTE PRÉSENCE

HERE IN EXCESS OF ANY PRESENCE

CRIANT: 'POURQUOI TU GARDES?'
ET 'POURQUOI TU JETTES?'

LES INSEPARABLES

LOVEBIRDS

LES INJONCTIONS

INJONCTIONS

LES MELANCOLIES

MELANCHOLIES

ANADROME

ANADROMA

bio

textes, en français

texts, in english

parutions / publications

cv

UN OEUF, UN CAILLOU, UN CHAT,

AN EGG, A STONE, A CAT

LA PROSE DU MONDE

THE PROSE OF THE WORLD

LES BARICADES MISTÉRIEUSES

THE MYSTERIOUS BARRICADES

La prose du monde est une série ouverte en 2014 et close en 2016.

Elle emprunte son titre au second chapitre des Mots et les Choses, de Michel Foucault. Y sont regroupés trois type de travaux : des objets et des installations, des vidéos performancielles et d’autres, que je préfère appeler films, au sens d’une durée et d’une narration plus littéraire, qui prend sa source dans l’histoire du cinématographe. J’y porte plus avant les topiques structurelles de mon questionnement, celles des équivalences, des ressemblances, et de l’impuissance du langage à décrire le monde.

La prose du monde (the prose of the world) is a new series that I have been developing for the last months.

Its title is a quotation from the second chapter of The Order of Things, a book by Michel Foucault. It gathers three types of works : objects and installations, performative videos and some others, that I prefer to call films, because of their duration and of their literary narration, deeply rooted in the history of the cinematograph. In these works, I further develop the structural topics of my questioning, such as the notions of equivalences, resemblances, and the powerlessness of language to describe the world.

 

LA PROSE DU MONDE #10 (LES SIGNATURES)

THE PROSE OF THE WORLD #10 (the signs)

 

2015-2016

 

vidéo, 6’13”

 

 

LA PROSE DU MONDE #9

(A : ALPHABET, ADVENIR, AMITIE, AMOUR, ANIMAL)

(A for alphabet, becoming, friendship, love, animal)

 

2015

 

vidéo, 28'48"

 

 

LA PROSE DU MONDE #8

(L’INEVITABLE CHUTE)

(the inevitable fall)

 

2015

 

miroirs et corde / mirrors and rope, 180 x 180 cm

 

vues de l’exposition Cocteau contemporain, cur. Dominique Païni, Galerie Coullaud & Kolinsky, Paris 3è, janv. / mars 2015

 

 

LA PROSE DU MONDE #7

(LA FECONDATION)

(the fecondation)

 

2015

vidéo, 2’12”, loop

 

oeuvre de l’exposition Cocteau contemporain, cur. Dominique Païni, Galerie Coullaud & Kolinsky, Paris 3è, janv. / mars 2015

 

 

LA PROSE DU MONDE #6

(L'HOMME SANS QUALITES)

(the man without qualities)

 

2014, techniques mixtes / mixed medias, 40 x 60 cm

 

vues de l’exposition POSSIBLES D’UN MONDE FRAGMENTE, cur. Enrico Lunghi, Palais des Beaux-Arts, automne 2014

 

"Durant l'été 2014, ai été amenée à ranger la bibliothèque d'un couple possédant chacun un exemplaire du premier tome de l'Homme sans qualités, de Robert Musil. Impossible de savoir, toutefois, lequel appartint à l'un ou à l'autre. Demeure un vieillissement inéquitable du même livre. À l'automne 2014, ai perdu de vue un homme sans qualité."

 

"During the summer 2014, I had to tidy the library of a couple, both of them possessing one copy the first volume of The man without qualities, by Robert Musil. Impossible to know, though, which was own by one or the other. Still remains an unfair olding of the same book. During the automn 2014, I lost sight of a man without quality."

 

 

LA PROSE DU MONDE #4 (LE VIDE, PUIS)

(the emptiness, then)

 

2014

vidéo, 24’15”

 

 

LA PROSE DU MONDE #3  (L'EMULATION)

(the emulation)

 

2014

vidéo, 2’37”

 

 

LA PROSE DU MONDE #2 (À PROPOS DU HASARD)

(about chance)

 

2014

dés d’ivoire à sept faces, un seul jet, panneau de bois / ivory dices with seven faces, one throwing, wood panel, 108 x 108 cm

 

vues de l’exposition POSSIBLES D’UN MONDE FRAGMENTE, cur. Enrico Lunghi, Palais des Beaux-Arts, automne 2014

 

 

LA PROSE DU MONDE #1 (L’INDICIBLE)

(the unspeakable)

 

2014

 

nombre premier copié à l’encre de chine sur papier / prime number copied on paper with indian ink, 5,5 x 3700 cm

 

vues de l’exposition POSSIBLES D’UN MONDE FRAGMENTE, cur. Enrico Lunghi, Palais des Beaux-Arts, automne 2014